Turquie, la nouvelle destination phare du tourisme médical.

Chirurgie cardiaque, oncologie, greffe de cheveux, de barbe, soins dentaires, liposuccion… La Turquie inconnuearne désormais l’un des centres du tourisme médical les plus prisés au monde. Des milliers d’Européens, d’Africains, d’Asiatiques s’envolent chaque année vers Istanbul pour bénéficier de prestations de santé fiables, de qualité VIP et à des prix abordables.

Hôtels cinq étoiles plutôt que lieux de souffrance en atterrissant dans la capitale turque, un message nous accueille : « Bienvenue à Istanbul, point de rencontre du monde ». Sur Istanbul, une myriade de touristes venus des quatre coins du monde arpente les rues la tête dégarnie en attendant la repousse. En Turquie, les greffes de cheveux sont devenus tellement courantes que la Turkish Airlines est surnommée « Turkish Hairlines » (de hair, cheveux en anglais).

Parmi les clients, il y a des hommes d’affaires, des stars de la chanson, des ministres, ainsi que de personnes lambda venus pour des soins dentaires, une greffe de cheveux, un suivi oncologique ou pour une liposuccion (prélèvement d’un surplus de graisse sous la peau, dans la région abdominale essentiellement).

Les femmes, elles, optent plutôt pour des « packages mamans » avec mammoplastie et vaginoplastie afin de retrouver une esthétique normale après la grossesse.

D’autres pour la rhinoplastie et différents liftings (du visage, du cou, des lèvres, de la poitrine, des jambes…). Et parfois elles viennent pour des fécondations in vitro (FIV) dans le but d’enfanter.

Autre atout des cliniques turques, les commodités qu’elles proposent à leurs clients. Celles-ci disposent de services de traduction, de boutiques, de restaurants, de pharmacies… De plus, avec leurs sols lustres, leurs portes en bois massif, leur mobilier design, leurs jardins japonais, elles ressemblent davantage à des hôtels cinq étoiles qu’à des lieux de maladies et de troubles de la santé.

Combien ça rapporte et combien ça coûte ?

Selon l’organisme de statistique, Tûik, le marché florissant du tourisme médical en Turquie, a attiré, en 2019, 662 000 patients étrangers et rapportés 1,65 milliard de dollars.

Après une nette baisse en 2020, à cause de la pandémie du covid-19, les chiffres sont revenus à la hausse en 2021, avec 642 000 patients et à 1,48 milliard de dollars de recettes.

Au-delà de tous les autres avantages, les prix défiants toute concurrence que proposent les cliniques turques représentent le principal argument qui attire les touristes de la santé.

Observons de plus près. Ces prix incluent : le transfert de l’aéroport, les frais de l’hôtel ou du séjour hospitaliers, l’opération chirurgicale, les médicaments, les contrôles et les éventuelles visites touristiques :

Le Centre Médical ANADOLU

Le Centre Médical Anadolu se veut un établissement centré sur le bien-être du malade. Sa devise, comme on peut le lire sur son site officiel, est la suivante : « Nos patients sont toujours la priorité numéro un au Centre Médical Anadolu. Pour cette raison, nous attachons une grande importance à leurs besoins et à leurs attentes, ainsi qu’à celles de leurs proches. Nous mettons tout en œuvre pour que leur traitement soit agréable. »

Le Centre Médical Anadolu est le seul hôpital turc accrédité par l’Organisation des instituts européens du cancer. Le centre possède également la certification

Planetree Gold, reference en matière des soins axés sur le patient.

Établi sur une superficie de 188 000 m2 et une surface intérieure de 50 000 m2, avec une capacité de 201 lits, l’hôpital du Centre Anadolu est accrédité par la JCI (Joint Commission International) et l’ESMO (Société européenne d’oncologie médicale) ; il bénéficie aussi des certifications 18018001,14001 et 9001.

Le Centre Médical Anadolu propose les services suivants : soins cardiaques, santé des femmes, sciences oncologiques, neurochirurgie et neurologie, imageries et diagnostics, greffe de moelle osseuse, sciences chirurgicales et sciences urologiques. Chacun de ces services renferme une multitude de spécialités qui s’occupent des différents problèmes de santé dont souffrent les patients.

Related articles

Ministre Benbahmed a appelé a lever les barrières douanières pour les médicaments Les «ambitions» d’un ministre .

Doucement, mais sûrement! Ces dernières années, l'industrie pharmaceutique algérienne a le vent en poupe! Beaucoup de médicaments sont fabriqués localement par des laboratoires algériens alors que des «big pharma» ont commencé à produire dans...

L’Algérie devrait attirer de « grands constructeurs automobiles »

L'Algérie a adopté jeudi 19 mai un nouveau code des investissements pour relancer l'investissement local et étranger en berne depuis des années. Pour le ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar, le nouveau texte permettra à de...

Un nouveau Pdg d’Air Algérie sera installé dans les prochains jours : le président Tebboune tient au hub aérien à Tamanrasset.

Le Gouvernement annonce un plan de redressement de la compagnie aérienne Air Algérie, affirment des sources vérifiées. Ce lifting, précise-t-on, permettra la réduction des postes à l'étranger grâce au recours à la digitalisation qui...

Prioriser le rendement économique lors de l’importation des chaînes et équipements de production rénovés.

Le ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar a affirmé dimanche à Alger que le nouveau cadre juridique régissant l'importation des chaînes et équipements de production rénovés "priorisait" le rendement économique, les capacités effectives des lignes...

Code d’investissement en Algérie : l’analyse du professeur Brahim Guendouzi .

Le professeur Brahim Guendouzi a livré son analyse sur le nouveau code d'investissement en Algérie. Le professeur Brahim Guendouzi, économiste, s'est exprimé sur le nouveau code de l'investissement en Algérie. Car le gouvernement prévoit la...
spot_img

Latest articles