Pourquoi le poisson coûte trop cher en Algérie ?

En Algérie, sur les étais des poissonneries du pays, les prix s’envolent. Une hausse vertigineuse des prix du poisson a en effet été enregistrée ces derniers jours.

Ce jeudi, chez un poissonnier à Alger, la crevette est cédée à 5000 DA le kg, l’espadon à 4700 DA, la sardine, autrefois connue pour être le poisson du pauvre, à 900 DA le kg, le merlan à 2600 DA le kg, et la dorade d’élevage à 1600 DA. 

A Oran, filmé par les cameras de DZ News, un vendeur de poissons exhibe une crevette royale. Prix de la pièce : 400 DA la crevette. Pour s’offrir un kilogramme de ce crustacé, il faut débourser la coquette somme de 8000 da, soit près de la moitié du salaire minimum en Algérie.

« J’achète la crevette en quatrième ou cinquième main. Il y a une mafia à la pêcherie », a-t-il accusé, tout en précisant que le prix du cageot de crevettes peut atteindre 170.000 dinars.

« Les prix ont augmenté parce que les gens achètent le poisson en deuxième ou troisième main. Les poissons que je vends, je les ramène directement du chalutier, c’est ce qui me permet d’affîcher des prix inférieurs, en moyenne de 300 à 400 DA, par rapport à ce qui est proposé ailleurs », a pour sa part déclaré à TSA le gérant de la poissonnerie Merval Plus à AIger.

Avec une telle hausse de prix, le poisson est devenu inabordable, complètement hors de portée pour de nombreux algériens dont le pouvoir d’achat a été particulièrement mis à mal ces derniers mois par la hausse des prix de la quasi-totalité des produits alimentaires.

Les raisons d’une flambée. 

Pour expliquer cette flambée des prix du poisson, Hazab Benchohra, secrétaire général de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), avance trois facteurs : la vétusté du matériel de pêche, le recours à la pêche à la dynamite sur les côtes algériennes et le manque de contrôle du marché.

« Le matériel utilisé en Algérie est vétuste. Nous n’avons pas un bon matériel qui permet de s’éloigner pour apporter du bon poisson. C’est pourquoi, nos chalutiers ne sont pas tellement efficaces. Ils ne peuvent pas aller loin. A cela s’ajoute la cherté du matériel », a-t-il tout d’abord dit ce jeudi dans une déclaration à TSA.

Il pointe ensuite le problème de la pêche à la dynamite qui « menace les fonds marins algériens » et explique, selon lui, la rareté des poissons.

« À cause de la pêche à la dynamite, au niveau des reserves qui étaient proches de nos côtes, il n’y a plus de poissons. Lorsque l’on utilise de la dynamite pour pêcher dans un endroit, les poissons fuient cet endroit pendant 150 ans », a-t-il expliqué.

Il ajoute : « Pour apporter du poisson, les pêcheurs doivent s’éloigner mais ils n’ont pas le matériel adéquat pour pouvoir le faire ».

Autre problème qui explique l’envolée des prix du poisson selon M. Benchohra : le manque de régulation du marché.

« II faut tout revoir et tout reprendre à zéro. Ça ne va pas du tout. Le marché est mal régulé. Il est mal contrôlé, surtout en ce qui concerne la pêche à la dynamite », a-t-il déclaré.

Related articles

Le port de Bejaia se dotera de 5 nouveaux quais.

L'extension du port de Béjaïa, lancée en 2017 et rapidement interrompue sous le double effet de la chute des cours du brut et de la fin du régime d'Abdelaziz Bouteflika, va prochainement reprendre. Cinq...

Oran : les volumes d’exportation de ciment menacés par une décision du wali.

L'économie nationale continue d'être impactée par les décisions irresponsables des administrateurs. L'interdiction de la circulation des poids lourds au centre d'Oran, notamment en direction du port de commerce qui se trouve au cœur de...

Une cargaison de taurillons français refoulée au port d’Alger.

Une cargaison comptant près de 800 têtes de tourillons importés de France est bloquée au port d'Alger depuis le début de ce mois de septembre et risque d'être refoulée pour des raisons sanitaires liées...

Investissement: l’AAPI remplace désormais l’ANDI .

L'agence nationale de développement de l'investissement (ANDI) a été remplacée par l'Agence algérienne de promotion de l'investissement (AAPI), qui sera placée sous la tutelle du Premier ministre, en vertu d'un décret exécutif publié au...

Ministre de l’industrie pharmaceutique Ali Aoun: la production d’insuline en Algérie « c’est du pipeau».

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Ali Aoun, a indiqué, ce lundi 19 septembre, lors d’une visite de travail à l’unité de production de Constantine du groupe Saïdal, que la production d’insuline en Algérie « c’est...
spot_img

Latest articles