Médicaments : Benbahmed souligne l’importance des essais de bioéquivalence  .

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique Lotfi Benbahmed a souligné ce jeudi 31 mars l’importance des essais de bioéquivalence réalisés en Algérie. Ces essais permettent de s’assurer de l’efficacité des médicaments génériques, selon lui.

L’Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP) a organisé ce jeudi 31 mars une journée d’études, intitulée : « Essais de bioéquivalence : Intérêts et enjeux stratégiques »,

Une occasion pour le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, qui a pris part à cet événement scientifique, de rappeler « l’importance » de ces essais, aussi bien pour le développement de l’industrie pharmaceutique algérienne que pour rassurer la population quant à l’efficacité de médicaments génériques.

« Des centres de bioéquivalence sont actuellement en train d’être validés »

« Ce sont des tests très importants pour un certain nombre de médicaments et certaines formes galéniques, comprimés et formes sèches, et pour lesquels nous avons un index thérapeutique étroit. Pour ces derniers, le dosage du principe actif peut faire passer de l’efficacité vers la toxicité », a tout d’abord expliqué ce jeudi à TSA Lotfi Benbahmed.

Il précise que pour ce type de produit, les tests de bioéquivalence sont « obligatoires » en Algérie, qu’ils soient produits localement ou importés.

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique rappelle que « les tests de bioéquivalence permettent de prouver qu’un médicament générique a la même efficacité et la même innocuité qu’un médicament princeps (de référence) ». Il ajoute qu’en Algérie, plusieurs centres de bioéquivalence « sont actuellement en train d’être validés ».

« Les tests de bioéquivalence étaient uniquement réalisés à l’étranger. Saidal a ouvert un premier centre de bioéquivalence, et j’espère que beaucoup d’autres vont être créés. Ces centres sont actuellement en train d’être validés progressivement par l’Agence nationale des produits pharmaceutiques et par le ministère de l’Industrie pharmaceutique », a-t-il détaillé.

« Rassurer la population sur l’efficacité des médicaments génériques »

Lotfi Benbahmed estime que les essais de bioéquivalence représentent « un axe fondamental de développement de l’industrie pharmaceutique, de promotion de la recherche et du développement en vue de créer et développer nos propres dossiers, créer de la valeur ajoutée et avoir un meilleur taux d’intégration afin de développer une véritable industrie pharmaceutique ».

« Les essais de bioéquivalence permettent de rassurer la population sur l’efficacité des médicaments génériques en Algérie, mais aussi une exigence réglementaire souvent opposable pour l’exportation. Aujourd’hui, beaucoup de nos laboratoires se projettent vers l’exportation », a-t-il dit.

Selon lui, les tests de bioéquivalence réalisés en Algérie permettront aux laboratoires algériens de pouvoir « se projeter à l’exportation en répondant à tous les critères de qualité et d’efficacité de nos produits ».

Related articles

Industrie pharmaceutique: Une production de 3,1 milliards $ en 2021.

La promotion de l'industrie pharmaceutique a été le cheval de bataille du gouvernement durant l'exercice 2021-2022 afin d'assurer une meilleure sécurité sanitaire au citoyen tout en maitrisant la facture d'importation des médicaments, selon les...

Le port de Bejaia se dotera de 5 nouveaux quais.

L'extension du port de Béjaïa, lancée en 2017 et rapidement interrompue sous le double effet de la chute des cours du brut et de la fin du régime d'Abdelaziz Bouteflika, va prochainement reprendre. Cinq...

Oran : les volumes d’exportation de ciment menacés par une décision du wali.

L'économie nationale continue d'être impactée par les décisions irresponsables des administrateurs. L'interdiction de la circulation des poids lourds au centre d'Oran, notamment en direction du port de commerce qui se trouve au cœur de...

Une cargaison de taurillons français refoulée au port d’Alger.

Une cargaison comptant près de 800 têtes de tourillons importés de France est bloquée au port d'Alger depuis le début de ce mois de septembre et risque d'être refoulée pour des raisons sanitaires liées...

Investissement: l’AAPI remplace désormais l’ANDI .

L'agence nationale de développement de l'investissement (ANDI) a été remplacée par l'Agence algérienne de promotion de l'investissement (AAPI), qui sera placée sous la tutelle du Premier ministre, en vertu d'un décret exécutif publié au...
spot_img

Latest articles