Marchés publics – Un portail pour booster les affaires .

Le portail électronique des marchés publics est enfin opérationnel, au grand bonheur des opérateurs et experts économiques, ainsi que les contractants de marchés publics. L’embellie financière due à la hausse des recettes des exportations des hydrocarbures, annonce une reprise des programmes sectoriels et un volume important des investissements publics, en vue de booster la croissance économique.

Une perspective annonciatrice de relance des chantiers et autres projets gelés ultérieurement, des suites des effets pervers de la pandémie mondiale de Covid-19, et les récessions induites sur les économies mondiales. Pour le moment, le portail des marchés publics qui ne tourne pas à 100% des capacités, et qui ne semble pas avoir atteint sa vitesse de croisière, n’englobe pour le moment qu’une centaine (112 pour être exact) d’avis d’appels de projets de marchés publics publiés, à ce jour. Par ailleurs, ils sont une quinzaine d’établissements publics à s’être inscrits dans cette nouvelle plate-forme électronique, alors que le nombre des opérateurs économiques a atteint la centaine.

Le site est visité par plus de 1213 utilisateurs à la recherche d’informations ou de nouveautés quelconques. Des annonces sont publiées sur le portail électronique, portant sur des marchés d’envergure et d’autres relatifs à des projets de wilayas, non moins importants. Selon le Premier ministre Benabderrahmane, ce portail devra permettre «d’asseoir plus de transparence et de contrôle», et concourir à garantir un traitement «efficace» de la gestion des dépenses publiques par les institutions concernées. Un pas supplémentaire dans le processus de digitalisation des procédés de gestion et de suivi des programmes publics.

Cela «permettra de lutter contre la corruption, de promouvoir la compétitivité, de faciliter la gestion, de réduire les coûts et d’améliorer la collecte des données sur les marchés publics», disait Benabderrahmane à la cérémonie du lancement officiel en décembre 2021. Ce qui est intéressant dans le lancement de ce portail, c’est cet effet d’entraînement porteur de changements des us et modifiant ces pratiques négativistes et évasionistes, de mises dans certaines administrations publiques. En effet, la mise en place de ce portail poussera les «services contractants», c’est-à-dire les administrations publiques, à se conformer à la cadence de travail et aux exigences de ces nouvelles donnes.

Related articles

Le port de Bejaia se dotera de 5 nouveaux quais.

L'extension du port de Béjaïa, lancée en 2017 et rapidement interrompue sous le double effet de la chute des cours du brut et de la fin du régime d'Abdelaziz Bouteflika, va prochainement reprendre. Cinq...

Oran : les volumes d’exportation de ciment menacés par une décision du wali.

L'économie nationale continue d'être impactée par les décisions irresponsables des administrateurs. L'interdiction de la circulation des poids lourds au centre d'Oran, notamment en direction du port de commerce qui se trouve au cœur de...

Une cargaison de taurillons français refoulée au port d’Alger.

Une cargaison comptant près de 800 têtes de tourillons importés de France est bloquée au port d'Alger depuis le début de ce mois de septembre et risque d'être refoulée pour des raisons sanitaires liées...

Investissement: l’AAPI remplace désormais l’ANDI .

L'agence nationale de développement de l'investissement (ANDI) a été remplacée par l'Agence algérienne de promotion de l'investissement (AAPI), qui sera placée sous la tutelle du Premier ministre, en vertu d'un décret exécutif publié au...

Ministre de l’industrie pharmaceutique Ali Aoun: la production d’insuline en Algérie « c’est du pipeau».

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Ali Aoun, a indiqué, ce lundi 19 septembre, lors d’une visite de travail à l’unité de production de Constantine du groupe Saïdal, que la production d’insuline en Algérie « c’est...
spot_img

Latest articles