L’Algérie se lance dans l’export des déchets du poulet.

Le monde entier est devenu beaucoup plus sensible aux questions environnementales, se soudant de l’écologie et de l’avenir de la planète, développant ainsi de nombreux procédés aux énergies renouvelables ou même au recyclage qui visent à diminuer les déchets ou du moins leur impact.

L’AIgérie a trouvé le moyen de faire d’une pierre deux coups : recycler les déchets et en tirer profit grâce à l’exportation de ceux-ci dans des pays où ils seront utilisés à d’autres fins, un moyen d’allier cause environnementale et promotion de l’économie algérienne. C’est dans ce contexte que la ministre de l’environnement algérien Samia Moualfi a parlé de l’exportation des déchets du poulet.

En effet, dans une intervention diffusée dans les médias algériens, elle a affirmé l’existence d’un projet algérien, qui serait responsable du recyclage des différentes parties du poulet considérées comme inutilisables en temps normal dont les plumes, les os et même le sang. En plus de cet aspect environnemental non négligeable, ces déchets sont vendus et exportés vers divers pays étrangers dont le Bangladesh participant ainsi à l’essor de l’économie algérienne.

Un procédé similaire avait déjà été entrepris il y a quelques années il y a deux ans, l’exportation des déchets du poulet avait déjà été évoquée par le ministre du commerce Algérie Kamel Rezig qui avait soutenu la commercialisation à l’international plus précisément vers le Vietnam d’un produit inédit pour l’Algérie : les pattes de poulet congelées.

En effet, c’est lors d’une inspection effectuée le lundi 5 octobre 2020 dans la Wilaya de Médéa que le ministre avait visité l’usine de production « Algeria Agro Process », qui était en charge de cette nouvelle initiative. L’usine est spécialisée dans la production de pattes de poulet surgelées et était interdite d’export depuis le début de la pandémiedu COVID-19.

L’intégralité des produits de cette entreprise sont dédiés au marché asiatique, très friands et consommateurs de ce produit considéré par les algériens comme étant un déchet et donc jetés par les abattoirs.

Related articles

Le port de Bejaia se dotera de 5 nouveaux quais.

L'extension du port de Béjaïa, lancée en 2017 et rapidement interrompue sous le double effet de la chute des cours du brut et de la fin du régime d'Abdelaziz Bouteflika, va prochainement reprendre. Cinq...

Oran : les volumes d’exportation de ciment menacés par une décision du wali.

L'économie nationale continue d'être impactée par les décisions irresponsables des administrateurs. L'interdiction de la circulation des poids lourds au centre d'Oran, notamment en direction du port de commerce qui se trouve au cœur de...

Une cargaison de taurillons français refoulée au port d’Alger.

Une cargaison comptant près de 800 têtes de tourillons importés de France est bloquée au port d'Alger depuis le début de ce mois de septembre et risque d'être refoulée pour des raisons sanitaires liées...

Investissement: l’AAPI remplace désormais l’ANDI .

L'agence nationale de développement de l'investissement (ANDI) a été remplacée par l'Agence algérienne de promotion de l'investissement (AAPI), qui sera placée sous la tutelle du Premier ministre, en vertu d'un décret exécutif publié au...

Ministre de l’industrie pharmaceutique Ali Aoun: la production d’insuline en Algérie « c’est du pipeau».

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Ali Aoun, a indiqué, ce lundi 19 septembre, lors d’une visite de travail à l’unité de production de Constantine du groupe Saïdal, que la production d’insuline en Algérie « c’est...
spot_img

Latest articles