KFC, le géant du poulet frit va-t-il s’installer en Algérie ?.

Les Algériens sont friands de fast-food et les enseignes se multiplient, mais à quelques exceptions près les multinationales ou groupes étrangers restent très peu implantés sur le territoire national. Marché très prometteur, KFC géant du poulet frit mondialement connu envisagerait de s’installer en Algérie.

D’après nos sources, une équipe reliée à KFC est déjà en place pour préparer une éventuelle ouverture à Alger dans quelques semaines.

Azadea, le groupe libanais de franchise est derrière cette installation. Présent déjà depuis une dizaine d’années en Algérie avec le lancement des marques Zara et Mango, il est bien implanté et serait d’une aide précieuse à KFC. En effet, basé à Beyrouth depuis plus de 40 ans, Azadea est considéré comme la première société de vente au détail dans le segment de la mode mais représente aussi de nombreuses enseignes de marques d’appareils, d’accessoires, de chaussures, de meubles et gère aussi des boulangeries, des cafés et des restaurants.

KFC est une enseigne du groupe Yum! Brands, leader de la restauration à travers la planète (39 000 unités dans 125 pays différents avec des marques comme Taco Bell et Pizza Mut). L’enseigne de poulet est quant à elle déjà implantée dans 110 pays, il a ouvert 16 000 restaurants et près de 80 % des 18 000 restaurants KFC sont gérés en franchise.

Quick avait quant à lui échoué il y a quelques années En termes d’alimentation dite “rapide” ou plus communément appelée “fast-food” le marché algérien est un terrain de rêve pour les grandes enseignes. Quick avait tenté l’expérience il y a quelques années mais en vain.

En 2007 le groupe s’est installé en Algérie grâce à un franchisé indépendant : le groupe Olivier Bertrand.

Néanmoins, renseigne n’a pas fait long feu et après 4 années d’activité seulement, Quick a fermé ses portes sans prévenir licenciant l’ensemble de son personnel du jour au lendemain.

Les économistes justifient le manque de franchises en Algérie, et ce départ par les contraintes imposées par le pays comme l’obligation de tout fabriquer localement, la nécessité d’obtenir une autorisation de la Banque d’Algérie pour tout transfert de droits d’entrée et de royalties, et la cherté des baux commerciaux mais aussi le manque d’ une industrie nécessaire à ce type d’activité.

Related articles

Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure.

Si au cours des dernières années, le marché du médicament a été fortement perturbé par les pénuries à répétition, la situation s'est améliorée aujourd'hui, a tenu à rassurer, ce jeudi, le président du Syndicat...

Communiqué du ministère de l’Industrie pharmaceutique sur l’autorisation de domiciliation bancaire ( d’Algex) .

Le Ministère de l'Industrie Pharmaceutique porte à la connaissance de l'ensemble des établissements pharmaceutiques que le Ministère du Commerce et de la Promotion des Exportations dispense les Produits Pharmaceutiques et les Dispositifs Médicaux, eu...

Algérie : l’inquiétante avancée de l’informel.

L'une des réformes les plus réclamées en Algérie, par les experts et les entreprises, est celle de la fiscalité, pour une meilleure justice fiscale et aussi pour lutter contre l'évasion qui prive les caisses...

ميناء “جن جن”: مشروع توسعة لإستيعاب 4 ملايين حاوية

كشف المدير العام لميناء جن جن عبد السلام بواب، عن الشروع في دراسة لتوسعة ثانية للميناء بمساحة تبلغ 350 هكتارا. و إنشاء أرصفة تفوق 3 كلم مما سيسمح له باستيعاب طاقة أربعة ملايين حاوية و...

Le ministère du commerce impose de nouvelles règles à l’importation : Le marché du médicament perturbé.

De nombreux médicaments essentiels importés et non fabriqués localement font l'objet de blocage suite aux retards dans l'obtention de l'autorisation délivrée par l'Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex), instaurée par le ministère...
spot_img

Latest articles