Dessalement d’eau de mer: la station de Bordj-EI-Kiffan bientôt mise en service .

La station de dessalement d’eau de mer dans la commune de Bordj-EI-Kiffan (Est d’Alger) entrera en exploitation début du mois d’avril, a annoncé, hier à Alger, le ministre des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique, Karim Hasni, qui a rassuré quant à l’alimentation en eau potable des habitants de la capitale durant le mois de Ramadhan.

Cette station, d’une capacité de 10.000 mètres cubes (m3)/jour, sera mise en exploitation début du mois d’avril, a déclaré le ministre lors d’une Journée de sensibilisation sur le service public des eaux et de l’assainissement, organisée par la Société des Eaux et d’Assainissement d’Alger (SEAAL) en présence des membres des deux Chambres du Parlement de la wilaya d’Alger.

Outre la station de Bordj-EI-Kiffan, celle d’EI Marsa, d’une capacité de 60.000 m3/j, devra également être opérationnelle dès juillet prochain, a ajouté le ministre, rappelant que la capitale a bénéficié d’un programme initial de réalisation de trois stations de dessalement d’eau mer à Zeralda, Palm Beach (Staoueli) et Ain-Benian, avant qu’un programme supplémentaire d’urgence pour la réalisation de trois autres stations ne soit décidé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

A la faveur de ce programme, les stations réunies de Bordj-EI-Kiffan, El-Marsa et Corso devront assurer un approvisionnement additionnel de la capitale de l’ordre de 150.000 m3/j, sachant que la station de Corso est dotée d’une capacité de 80.000 m3/j.

“L’avantage aujourd’hui, c’est que l’eau potable est distribuée un peu partout dans la capitale qui sera sécurisée au seuil minimal de 750.000 m3/jour et ce, quelle que soit la situation”, a assuré le ministre, rappelant la décision d’augmentation de la production quotidienne en eau potable durant le mois de Ramadhan, laquelle passera à 850.000 m3/jour.

“L’avantage aujourd’hui, c’est que l’eau potable est distribuée un peu partout dans la capitale qui sera sécurisée au seuil minimal de 750.000 m3/jour et 

ce, quelle que soit la situation”, a assuré le ministre, rappelant la décision d’augmentation de la production quotidienne en eau potable durant le mois de Ramadhan, laquelle passera à 850.000 m3/jour.

Avec l’entrée en exploitation des nouvelles stations de dessalement alimentant la capitale, les capacités productives quotidiennes de la wilaya devront passer de 750.000 m3/jour à 950 000m3/jour l’été prochain”, a affirmé le ministre.

Considérant que “la sécurisation hydrique passe par le dessalement de l’eau de mer, en raison notamment de la faible pluviométrie”, le ministre a fait savoir que cette option “représente actuellement 17% à l’échelle nationale”, tablant sur “un taux de 42% d’ici 2024 et 60% à l’horizon 2030, alors que les eaux superficielles et souterraines représenteront chacune d’elles 20%”

Related articles

Le port de Bejaia se dotera de 5 nouveaux quais.

L'extension du port de Béjaïa, lancée en 2017 et rapidement interrompue sous le double effet de la chute des cours du brut et de la fin du régime d'Abdelaziz Bouteflika, va prochainement reprendre. Cinq...

Oran : les volumes d’exportation de ciment menacés par une décision du wali.

L'économie nationale continue d'être impactée par les décisions irresponsables des administrateurs. L'interdiction de la circulation des poids lourds au centre d'Oran, notamment en direction du port de commerce qui se trouve au cœur de...

Une cargaison de taurillons français refoulée au port d’Alger.

Une cargaison comptant près de 800 têtes de tourillons importés de France est bloquée au port d'Alger depuis le début de ce mois de septembre et risque d'être refoulée pour des raisons sanitaires liées...

Investissement: l’AAPI remplace désormais l’ANDI .

L'agence nationale de développement de l'investissement (ANDI) a été remplacée par l'Agence algérienne de promotion de l'investissement (AAPI), qui sera placée sous la tutelle du Premier ministre, en vertu d'un décret exécutif publié au...

Ministre de l’industrie pharmaceutique Ali Aoun: la production d’insuline en Algérie « c’est du pipeau».

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Ali Aoun, a indiqué, ce lundi 19 septembre, lors d’une visite de travail à l’unité de production de Constantine du groupe Saïdal, que la production d’insuline en Algérie « c’est...
spot_img

Latest articles