Automobile Algérie : 5.000 dinars d’amende pour ces infractions au Code de la route.

Découvrez l’amende fixée à 5.000 dinars que le conducteur automobile doit payer, s’il commet un de ces types d’infractions au Code de la route.

En effet, après l’annulation des procédures du retrait de permis de conduire en Algérie, une autre possibilité a vu le jour. Dorénavant, la sanction appliquée aux usagers de la route se présente sous forme d’un procès-verbal. De ce fait, découvrez pour quels types d’infractions au Code de la route le conducteur automobile pourrait débourser la somme de 5.000 DZD pour payer son amende en Algérie.

Effectivement, l’annonce a vu le jour via une publication parue sur la page Facebook « Tariki » des services de la gendarmerie nationale. À travers laquelle l’organisme informe les automobilistes des infractions au Code de la route que la plupart des conducteurs ignorent. Amenant le contrevenant à écoper d’une amende qui s’élève à 5.000 dinars.

Par ailleurs, la même institution a mis en garde les automobilistes au sujet des sanctions qui peuvent s’installer suite à l’absence des feux et de signaux de leurs véhicules. Et ce, lors de leur déplacement ou de leur stationnement pendant la nuit. Ou encore, dans les lieux à luminosité réduite, dominés par le brouillard.

En effet, la GN estime que le non-respect de cette obligation représente un délit puni par la loi. Ainsi, les sanctions en question sont conditionnées par l’article 66/7 de la loi n° 01-14. De ce fait, le contrevenant subira une amende estimée à 5.000 DA. D’autre part, les services de la gendarmerie nationale ont informé les conducteurs d’une autre infraction. En plus de la peine qu’ils encourent.

Effectivement, par le biais du même communiqué, les services susmentionnés a dénoncé un des comportements d’automobilistes algériens. Celui de circuler ou de se stationner sur les voies ferrées consacrées aux trains ou aux tramways.

La même source a souligné que les contrevenants recevront une amende. Celle-ci est alors estimée à 5.000 dinars pour ce type d’infractions. Ce qui est prévu et puni par l’article 66/9 de la loi n°04-14.

Related articles

Le port de Bejaia se dotera de 5 nouveaux quais.

L'extension du port de Béjaïa, lancée en 2017 et rapidement interrompue sous le double effet de la chute des cours du brut et de la fin du régime d'Abdelaziz Bouteflika, va prochainement reprendre. Cinq...

Oran : les volumes d’exportation de ciment menacés par une décision du wali.

L'économie nationale continue d'être impactée par les décisions irresponsables des administrateurs. L'interdiction de la circulation des poids lourds au centre d'Oran, notamment en direction du port de commerce qui se trouve au cœur de...

Une cargaison de taurillons français refoulée au port d’Alger.

Une cargaison comptant près de 800 têtes de tourillons importés de France est bloquée au port d'Alger depuis le début de ce mois de septembre et risque d'être refoulée pour des raisons sanitaires liées...

Investissement: l’AAPI remplace désormais l’ANDI .

L'agence nationale de développement de l'investissement (ANDI) a été remplacée par l'Agence algérienne de promotion de l'investissement (AAPI), qui sera placée sous la tutelle du Premier ministre, en vertu d'un décret exécutif publié au...

Ministre de l’industrie pharmaceutique Ali Aoun: la production d’insuline en Algérie « c’est du pipeau».

Le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Ali Aoun, a indiqué, ce lundi 19 septembre, lors d’une visite de travail à l’unité de production de Constantine du groupe Saïdal, que la production d’insuline en Algérie « c’est...
spot_img

Latest articles