Vers une réouverture totale des frontières ?

105

Le Dr Bekkat se prononce

Depuis le début de cette pandémie mondiale, les voyages vers l’international sont restreints, et beaucoup de conditions sont mises en place aux frontières algériennes. Depuis peu, la situation sanitaire se stabilise, ce qui laisse percevoir une possibilité d’ouverture totale des frontières du pays.

Pour l’instant, aucune décision officielle n’a été communiquée quant à ce possible changement, mais les spécialistes voient ça d’un bon œil au vu des chiffres des cas COVID-19. En effet, le Dr Mohamed Bekkat Berkani a affirmé au média Visa Algérie “qu’il n’y a aucun empêchement sanitaire en ce qui concerne la réouverture totale des frontières.” D’après lui, la situation sanitaire plutôt stabilisée permettrait donc aux voyageurs de circuler plus librement et sans restrictions particulières, grâce à un retour au programme de transport international dit “normal”.

D’après le spécialiste, cette ouverture serait plus une nécessité qu’autre chose, pour des raisons socio-économiques qu’il décrit comme étant “urgente”.

Néanmoins, cela ne sera possible qu’avec le respect de’^ certaines mesures, comme la vaccination obligatoire, voire un test PCR pour les non vaccinés.

Le ministre des transports Aissa Bekkai a quant à lui, affirmé sur le forum de la Radio nationale que cette décision ne serait pas prise à la légère. Le comité scientifique aura son mot à dire, afin d’assurer la prise en compte de tous les facteurs.

L’Algérie, sortie d’affaires ?

Les cas de contamination à la Covid-19 diminuent de plus en plus en Algérie. En effet, d’après le dernier bilan communiqué par le ministère de la Santé, le pays ne compte que 69 nouveaux cas ce mercredi 2 mars 2022 contre 74 cas enregistrés hier.

Le total des cas contaminés est de 265.010 depuis le début de la pandémie, celui des décès de 6.840, et celui des patients guéris est passé à 175.513 cas.

De plus, dans une déclaration faite à la presse samedi 26 février 2022, le professeur Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d’immunologie et chef de service du laboratoire central EPH Rouiba, parle “d’immunité collective”. D’après lui, 90% de la population l’aurait acquis de part ce variant Omicron.

Il est revenu sur son intervention, aujourd’hui mercredi 2 mars sur les ondes de la Radio chaîne 3 afin d’apporter quelques précisions en soulignant l’importance du vaccin. Effectivement, celui-ci a permis d’éviter de nombreuses complications et de décès.