Un câble sous-marin de 270 km reliera Annaba à la Sicile – De l’électricité algérienne pour l’Italie.

A l’issue de la visite en Algérie du Premier ministre italien, Mario Draghi, les deux parties ont examiné le projet d’exportation de l’électricité vers l’Italie, affirment des sources. En effet, l’Algérie projette de réaliser un câble électrique sous-marin de 270 km entre Annaba et la Sicile. Le câble sous-marin sera réalisé en parallèle avec le gazoduc reliant l’Algérie à I’ltalie (Sicile) via la

Tunisie, connu sous le nom de gazoduc Transmed-Enrico Mattel. En somme, une réponse aux multiples appels de l’Italie en vue d’assurer, notamment une continuité d’approvisionnement suffisante en électricité. Un projet qui devrait être confié au Groupe Sonelgaz qui envisageait de produire 22 000 MW d’électricité verte, à partir des ressources renouvelables, d’ici 2023.

A cet égard, les deux parties se sont mises d’accord pour entamer, dans les plus brefs délais, la réalisation de ce projet devant connecter les deux rives de la Méditerranée. Dans sa déclaration, Mario Draghi a soutenu que «les pays du sud de l’Europe peuvent ainsi former, avec ceux du nord de l’Afrique, un hub d’électricité produite à partir du gaz, ainsi que de sources renouvelables».

Une entente algéro-italienne ayant tout pour aller au-delà des hydrocarbures. Outre ce projet, l’Algérie et l’Italie ont signé plusieurs accords dont celui de l’approvisionnement en gaz. En effet, le premier accord concerne la livraison de gaz par l’Algérie à l’Italie. Il a été signé, côté algérien, par le P-DG du Groupe Sonatrach, Toufik Hekkar, et côté italien par le P-DG du Groupe ENI, Claudio Descalzi.

Cet accord permet d’accélérer le développement des projets de production de gaz naturel, en conjuguant les efforts des deux sociétés, et d’augmenter les volumes de gaz exportés en utilisant les capacités disponibles du gazoduc Enrico Mattei (Transmed). De ce fait, dans les prochains mois, le gazoduc devrait voir son débit augmenté de façon à fonctionner à plein régime. L’objectif est de porter progressivement les livraisons algériennes de gaz à 30 milliards de m3 (contre 21 actuellement), soit une augmentation de 9 milliards de m3 – une hausse correspondant au tiers environ des actuelles livraisons de gaz russe. En pratique, une hausse de 3 milliards serait possible dès 2022, le reste étant attendu dans le courant de l’année 2023.

Cet accord permet aussi aux deux sociétés de «fixer les niveaux des prix de vente de gaz naturel, en ligne avec les conditions du marché, pour l’exercice 2022-2023 conformément aux clauses contractuelles de révision des prix», indique un communiqué de Sonatrach qui souligne la «forte collaboration entre les deux sociétés aussi bien dans les activités d’exploration et de production d’hydrocarbures que dans le domaine des énergies nouvelles et renouvelables, telles que l’énergie solaire, l’hydrogène, les biocarburants, le captage, le stockage et l’utilisation du C02». Une coopération historique. Selon certaines informations médiatiques, ENI négocierait le rachat d’actifs de la major britannique BP dans deux grands projets gaziers du pays, pendant qu’en retour Sonatrach discuterait de la reprise d’actifs du groupe italien en Russie.

Quant au second accord, il s’agit d’une déclaration commune d’intentions visant à renforcer la coopération dans le domaine de l’énergie, signée, côté algérien, par le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, et côté italien, par le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio. Des échanges appelés à se poursuivre dans les mois qui viennent. Le président de la République Abdelmadjid Tebboune, doit se rendre à Rome fin mai, alors qu’un sommet entre les deux gouvernements est programmé à Alger pour les 18 et 19 juillet. L’écueil des investissements est à surmonter afin que la relation gazière et pétrolière atteigne – et maintienne – les ambitions affichées.

Related articles

Industrie pharmaceutique: Une production de 3,1 milliards $ en 2021.

La promotion de l'industrie pharmaceutique a été le cheval de bataille du gouvernement durant l'exercice 2021-2022 afin d'assurer une meilleure sécurité sanitaire au citoyen tout en maitrisant la facture d'importation des médicaments, selon les...

Le port de Bejaia se dotera de 5 nouveaux quais.

L'extension du port de Béjaïa, lancée en 2017 et rapidement interrompue sous le double effet de la chute des cours du brut et de la fin du régime d'Abdelaziz Bouteflika, va prochainement reprendre. Cinq...

Oran : les volumes d’exportation de ciment menacés par une décision du wali.

L'économie nationale continue d'être impactée par les décisions irresponsables des administrateurs. L'interdiction de la circulation des poids lourds au centre d'Oran, notamment en direction du port de commerce qui se trouve au cœur de...

Une cargaison de taurillons français refoulée au port d’Alger.

Une cargaison comptant près de 800 têtes de tourillons importés de France est bloquée au port d'Alger depuis le début de ce mois de septembre et risque d'être refoulée pour des raisons sanitaires liées...

Investissement: l’AAPI remplace désormais l’ANDI .

L'agence nationale de développement de l'investissement (ANDI) a été remplacée par l'Agence algérienne de promotion de l'investissement (AAPI), qui sera placée sous la tutelle du Premier ministre, en vertu d'un décret exécutif publié au...
spot_img

Latest articles