Les navires algériens doivent être munis d’autorisations de contrôle pour quitter les ports.

51

ALGER – Le ministre des Transports, Aïssa Bekkaï a déclaré, jeudi à Alger, que les navires doivent être munis d’une autorisation de contrôle pour quitter les ports algériens, précisant que les armateurs doivent obtenir cette autorisation pour poursuivre leur activité.

La mauvaise gestion des sociétés et l’absence de contrôle constituent les principales causes à l’origine de la saisie des navires marchands algériens dans certains ports européens en 2021, a indiqué le ministre lors d’une plénière consacrée aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN).

“Aucun navire, non muni d’une autorisation de contrôle, ne sera autorisé à quitter les ports algériens”, a souligné M. Bekkaï, relevant qu'”un plan d’urgence a été mis en place pour relancer les sociétés commerciales propriétaire de ces navires et les rendre conformes aux standards internationaux”.

Un autre navire a été saisi, mercredi, dans un port européen, a-t-il fait savoir sans donner plus de détails.

La situation des trois navires saisis en France et en Espagne a été régularisée en 2021. Celle du quatrième navire “Timgad” saisi en Belgique a été régularisée le 6 septembre 2021, a-t-il précisé.

La saisie est due à “une défaillance technique” et à “des raisons liées à la situation financière des sociétés qui n’ont pas pu maintenir les navires en état de navigabilité”.

Pour faire face à la mauvaise gestion, le secteur a procédé au changement des responsables du Groupe algérien de transport maritime (GATMA) à l’origine du problème et à la fusion des deux compagnies nationales de navigation “CNAN NORD” et “CNAN MED”, a-t-il précisé.

Des enquêtes ont été ouvertes, les commandants des navires ont été renvoyés et un contrôle stricte des conditions de navigabilité, de santé et d’hygiène à l’intérieur des navires a été imposé, a-t-il ajouté.

Le secteur œuvre également à accélérer la maintenance du navire Tariq Ibn Ziyad pour le remettre en activité, notamment à la lumière de la crise financière que connaît l’entreprise nationale du Transport maritime des voyageurs (ENTMV) en raison des répercussions de la crise sanitaire à l’origine, entre autres, du retard accusé dans le paiement des travailleurs.

Ces entreprises “sont devenues une charge pour le trésor public, ce qui nécessite leur remise en surface”, a-t-il souligné.

En réponse à une question relative au renforcement du transport aérien à El-Oued et l’amélioration des transports urbains, le ministre a assuré l’examen de la demande présentée par le député, et du cahier des charges au niveau de l’aéroport, afin de déterminer l’activité des taxis et fixer les tarifs.

De surcroît, les lignes de transport publics vers l’aéroport international Houari Boumediene avaient été consolidées par une ligne ferroviaire et une station à l’intérieur de l’aéroport à destination de la gare d’Agha, en plus de la ligne de métro reliant l’aéroport à la place des Martyrs, laquelle atteint un taux de réalisation de 71 %.

Après la reprise progressive des vols le 31 octobre 2021, un vol supplémentaire de la compagnie aérienne Air Algérie a été programmé, tous les lundis, El-Oued-Alger (pour atteindre 7 vols par semaine), et un autre vol supplémentaire El-Oued-Oran (soit 3 vols par semaine).

Les vols El-Oued -Djanet et El-Oued-Illizi, initialement prévus une fois tous les 15 jours, sont désormais programmés une fois par semaine, a expliqué le ministre.

Et de rappeler la réduction des prix des billets pour les voyageurs à destination du Sud, affirmant que le Premier ministre avait promis d’étudier la possibilité d’étendre cette mesure vers d’autres régions.

Répondant à une autre question sur la situation du transport dans la wilaya de Béjaïa, M. Bekkai a affirmé que le ministère a adopté une stratégie efficace de développement local dans cette wilaya, à travers la mise à disposition de tous les équipements, la réalisation et la réfection des structures propres aux voyageurs, l’élaboration des plans de transport urbain et du plan de déplacement wilaya et l’élaboration de plans de transport pour les grandes villes dans la wilaya.

Le secteur œuvre également à l’examen du plan de circulation de la wilaya qui est entré en service en 2014, des stations de transport “de catégorie A et B” et de 10 stations urbaines dans plusieurs communes, de l’inscription d’une étude de faisabilité pour la réalisation du tramway de Béjaïa et du téléphérique, en sus du dédoublement de la ligne ferroviaire, la consolidation des dessertes de transport aérien à destination de Paris, de Marseille et de Lyon et les propositions de leur extension vers Barcelone ,Tunis et l’Italie à la reprise des vols extérieurs.

Le secteur œuvre aussi à consolider la flotte marine de transport des voyageurs et à conférer davantage de souplesse dans les procédures administratives, notamment vers les lignes de Tunis, Marseille et Barcelone.

Sur une autre question relative à l’ouverture de la pénétrante Jijel- El Eulma et à la possibilité pour la wilaya de Jijel de bénéficier du projet de tramway Taher-El Aouana, le ministre a indiqué que le projet du tramway demeure d’une grande importance en ce qui a trait à l’encouragement du transport collectif et du tourisme dans la wilaya, d’autant qu’il a été procédé au lancement d’une étude de faisabilité dans le cadre du programme de soutien à la croissance économique 2010-2014, avec une autorisation de programme estimée à 65 millions de DA, que l’étude est en cours de réalisation et qu’une demande d’inscription du projet sera déposée une fois l’étude achevée.

Concernant la double voie reliant le port de Djendjen à El Eulma, le ministre a affirmé le dépôt d’une demande auprès du ministre des Travaux publics en vue de prendre en charge ce projet.